Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

My Cottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Les transports en commun font partie de mon quotidien : métro, bus, RER, tram, transilien... Il y a mille et une façon de se déplacer en région parisienne et c'est bien pratique! Alors qu'on entend souvent parler des retards, des grèves, des trajets "en mode sardines", des têtes d'enterrement, des odeurs corporelles désagréables, des incivilités et scènes de violence ; aujourd'hui je souhaite rendre hommage à mes deux chauffeurs de bus préférés.

 

L'AFFAIRE DU PORTEFEUILLE

 

Je me prépare pour retrouver une copine au resto. Je mets la touche finale à mon afro, enfile mes chaussures, attrape mon sac et descends en vitesse. Le bus passe devant moi : je tape un sprint en faisant signe au chauffeur qui accepte de m'attendre gentiment les trente secondes nécessaires. Je monte le coeur battant, une salutation enjouée et un merci essoufflé à la bouche tandis que je reprends ma respiration. J'échange quelques mots avec l'homme de la situation et vais m'asseoir au milieu des autres voyageurs.

 

Mes lèvres sont sèches. Je farfouille dans mes affaires à la recherche d'un baume et réalise que je n'ai pas pris mon portefeuille. On vient de dépasser la deuxième station : je me précipite à l'avant pour demander à descendre, bafouillant quelques mots sur ma boulette et la galère dans laquelle je me trouve pour avoir le prochain RER. Le conducteur m'ouvre les portes en précisant qu'il revient me chercher dès qu'il a déposé les autres passagers à la gare. Pas le temps de bien comprendre ce qu'il dit, je fonce à la maison en courant!

 

Je coupe par le square, il me faut environ six minutes pour regagner l'appart. Je mets la main sur mon portefeuille après avoir cherché frénétiquement et dévale à nouveau les escaliers en essayant de réfléchir : mon RER arrive dans six minutes, j'ai besoin de dix minutes à pied pour aller à la gare quand je marche très vite, en courant tout du long ça peut le faire mais je suis déjà épuisée par les "échauffements" précédents qui m'ont laissée transpirantes (j'étais toute pimpante). Le renoncement se pointe, je cherche mon portable pour prévenir Riri : le temps d'attraper le train et de faire ma correspondance en métro, j'aurais environ 30-40 minutes de retard...

 

Je m'énerve d'être aussi tête en l'air et d'imposer ce contre-temps à ma copine quand j'aperçois un bus vide stationné à mon arrêt : incroyable!!! Le chauffeur me fait signe de monter dans un éclat de rire. Il a déposé les autres usagers au terminus et a profité de sa pause pour venir me récupérer afin que j'attrape le RER en question.

 

Nous filons à la gare en discutant sous l'entête "Ne prend pas de voyageurs" (morte de rire). Le temps pour lui d'expliquer son geste en remerciement de toutes les fois où je monte dans son bus avec un mot gentil et le visage souriant. Ce conducteur connait très bien ma tête et se réjouit de m'avoir comme usager de sa ligne depuis deux ans. Zéro séduction dans tout ça, juste de la solidarité, de l'altruisme, la sensation chaleureuse et réconfortante d'un "free hug"

 

Ma journée commence bien finalement! C'est cool d'expérimenter un acte aussi touchant... Je suis sur le quai deux minutes avant le RER et m'assois confortablement dans un carré vide pour repenser à ce qui vient d'arriver. Le train démarre et je m'aperçois que nous n'avons même pas échangé nos prénoms dans tout ça! Je demanderai la prochaine fois (clin d’œil).

 

L'AFFAIRE DU TOTE BAG

 

Ce matin, j'interviens dans une réunion très importante au boulot. J'ai bossé sur ma présentation une bonne partie de la nuit et suis fin prête! Je passe une chemise immaculée sur mon pantalon noir taille haute, enfile une veste blazer dans le même ton, coiffe mes cheveux en afro puff structuré, chausse mes derbies et mets un trench. Le sac d'ordi dans une main et mon tote bag dans l'autre, je rejoins l'arrêt de bus d'un pas assuré. Avec les grèves SNCF qui durent depuis des mois, j'ai pris une heure et demi d'avance pour parer à toute éventualité.

 

Arrivée à la gare, je jette un coup d’œil au panneau  d'affichage. Mon RER sera là dans vingt minutes, je plonge dans ma bulle musicale pour faire passer le temps...

 

Le train est à l'approche donc je cherche ma carte navigo pour accéder au quai. Ohhhh mon Dieu : je réalise que le pass est dans le tote bag, qui lui-même est resté dans le bus avec mes papiers d'identité, permis de conduire, moyens de paiement et autres effets personnels. Voilà pourquoi je me sentais légère depuis tout à l'heure, il manquait effectivement un truc! J'éclate de rires, c'est nerveux.

 

Dans ma présence d'esprit (la panique fait réagir très vite), je me rappelle avoir aperçu un dépôt de bus derrière la gare. Je cours jusqu'à l'accueil pour expliquer ma situation à l'opératrice. Mes indications (ligne de bus, arrêt, horaire de passage) croisées au planning des conducteurs lui permettent d'identifier le véhicule correspondant et le nom du chauffeur. Elle me confirme que son collègue est reparti en tournée dans la ville limitrophe et qu'il sera de retour au dépôt dans une heure une fois son itinéraire achevé ; puis passe un appel radio pour vérifier la présence de mes affaires dans le bus. Le stress monte... une personne a trouvé mon sac et l'a confié au conducteur dans son contenu intégral (première victoire).

 

Entre temps, des chauffeurs en pause se sont attroupés au comptoir leur café fumant à la main. Ils ont tout entendu, apparemment ma situation crée de l'animation! Parmi eux, je reconnais un conducteur de ma ligne à qui je souris. Il raconte  à tous combien ma spontanéité l'enchante parmi la foule quotidienne d'usagers indifférents. Le moment est un peu embarrassant mais c'est adorable de sa part...

 

Il poursuit en proposant de récupérer mon sac, monte dans une voiture de service, rejoins la tournée de son collègue et ramène mon tote bag en vingt minutes. Cet homme est formidable! Je le remercie chaleureusement et cours à la gare attraper le RER. Si j'avais attendu le retour au dépôt du bus, j'aurais raté ma fameuse réunion... Je suis encore retournée par les émotions tandis que le train file sur les rails.

 

Mohamed, Thierry (on a fini par échanger nos  prénoms) vous êtes la "CRÈME DES CHAUFFEURS DE BUS". Merci pour les personnes que vous êtes,  merci de m'avoir tendu la main quand j'en avais besoin, merci de nous conduire en sécurité, merci de recevoir et de rendre les sourires/salutation, merci de me demander comment je vais, merci pour le plaisir de nos conversations à chaque fois qu'on fait un bout de trajet ensemble... Vous êtes des lumières dans les transports en commun, merci de faire votre métier avec coeur et passion au service des usagers.

 

Morale de l'histoire : n'oublions jamais qu'un sourire, qu'une salutation ou qu'un mot gentil peuvent faire des miracles dans nos vies (clin d'oeil).

 

ENJOY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog