Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

My Cottoncloud

Dimanche dernier je vous parlais de Read! une association qui a pour ojectif de transmettre l'envie de lire, tout en faisant la promotion des écrivains de la diaspora africaine qu'ils soient contemporains ou d'une autre époque.

 

Une colère noire

Lettre à mon fils 

de Ta-Nehisi Coates

paru en Juillet 2015

Tous droits réservés

Tous droits réservés

est le premier livre que je découvre grâce au club de lecture. Je suis totalement bouleversée par la puissance et la beauté percutante de cet essai autobiographique sur le racisme aux Etats-Unis, traduit de l'anglais "Between the world and me" (Entre le monde et moi). C'est comme un électrochoc pour réveiller le peuple américain de son "Rêve" et le confronter à la réalité brutale et destructrice que peuvent vivre les noirs.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Sous la forme d'une lettre à son fils de 15 ans, qu'il a prénommé Samory en hommage à Samori Touré  (1830-1900), héro de la résistance africaine à l'expansion coloniale française en Afrique de l'Ouest, l'auteur explore de façon proche et intime les mécanismes du racisme en Amérique.

A l'origine du livre, les pleurs de son fils devant l'acquittement des policiers responsables de la mort de Michael Brown, un adolescent noir abattu de six balles le 9 août 2014 à Ferguson alors qu'il n'était pas armé. Des bavures policières contre les noirs qui ne cessent de se succéder depuis 2012 et l'affaire Trayvon Martin...

"Voilà ce qu'il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition, un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J'ai décidé de ne rien te cacher".

 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

A travers ce livre, Ta-Nehisi Coates mêle l'histoire de son pays à sa propre histoire pour relire certains moments ou expériences de vie, mais aussi dire ses émotions, ses peurs, ses luttes, ses errances, ses incompréhensions et cette colère froide qui l'habite. Ce sont les paroles d'un journaliste brillant reconnu par ses pairs, d'un homme cultivé et passionné par les peuples africains, d'un père qui veut préparer son fils à appréhender le monde dans lequel il vit.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous ces mots affleurent avec force et intensité. Je lis et relis ce bouquin en quelques jours sans réussir à reprendre mon souffle. Je suis assomée, en perte d'équilibre, comme si j'avais reçu un coup de poing dans le ventre. C'est une sensation très surprenante et je crois que d'une certaine manière je m'identifie...

 

Je vous recommande "Une colère noire", parce que je pense que parfois on a besoin de se laisser bousculer et toucher pour ne pas oublier que le racisme est une abomination, comme toutes les autres formes de discriminations d'ailleurs. La classification des êtres humains selon leur couleur de peau n'a aucun sens pour moi. Et anthropologiquement, il n'existe qu'une race chez les hommes, la RACE HUMAINE

 

Enjoy!

Voir les commentaires

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé lire. Je crois que le coup de coeur remonte à mes 2-3 ans avec ma première carte de bibliothèque. On n'achetait pas beaucoup de livres à la maison, mais les samedis après-midi mon frère et moi allions emprunter une pile de bouquins qu'on s'empressait de terminer avant la fin de la semaine : c'était notre petit rituel.

Et quand une histoire m'attrapait c'était fini, je n'arrivais plus à m'arrêter. Je lisais partout : dans les transports, en cours, aux toilettes, sous la couette à la lampe torche au lieu de dormir lol (une petite fille déterminée je vous dis). Pour moi, les livres étaient un trésor de curiosités, d'imagination, d'aventures, de héros, de monstres, de guerriers et de drôleries, à côté duquel je ne pouvais passer.

De toute façon, il faut bien s'occuper quand la télé est en accès plus que limité (éducation au carré lol), que tu as inventé tous les jeux possibles ou imaginables pour te distraire, et que tu ne peux surtout pas descendre dans la cité pour t'amuser ("laisse pas trainer ton fils, si tu ne veux pas qu'il glisse"). 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

A l'adolescence, les "samedis bibliothèque" se sont révélés être la parfaite couverture pour rejoindre les potes en cachette quand je n'avais pas le droit de les voir. Au fond, on ne faisait rien de grave - juste aller au ciné, faire les magasins, se balader, se poser chez l'un ou l'autre - mais j'étais en totale transgression et mes bouquins m'ont permis de faire diversion plus d'une fois!

Par la suite, j'ai étonnamment perdu cet attachement pour la lecture - trop d'ouvrages universitaires à étudier pour garder le plaisir intact sans doute - mais l'envie est revenue avec force comme un premier amour qu'on n'oublie pas.

Dimanche prochain, je vous parle du dernier livre que j'ai lu. Une belle découverte grâce à Read! un club de lecture et une association créés par Laurie Pezeron en 200, avec pour mission de transmettre l'envie de lire et de promouvoir les auteurs afro. J'ai pioché quelques références dans leur liste et c'est vraiment chouette!

 

A vos bouquins,

 

Enjoy!

 

Laurie Pezeron - Tous droits réservés

Laurie Pezeron - Tous droits réservés

Voir les commentaires

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Il y a quelque semaines je suis allée voir "Demain", un film documentaire réalisé par Olivier Dion et Mélanie Laurent. Je ne pensais pas forcément en parler sur le blog mais une discussion passionnante avec un ami m'a donné envie de vous en dire un peu plus. 

 

Tous droits réservés

Olivier"Demain" est un road-movie enthousiaste, humaniste, citoyen et didactique qui nous fait parcourir le monde. On va à la rencontre de gens ordinaires inventant des solutions accessibles et inspirantes face aux enjeux du développement durableEnergie, agriculture, économie, éducation, politique, cohésion sociale, réduction des inégalités...tout commence dans les rues, les quartiers, les villes. Ce film donne de la pêche, le sourire et l'envie d'entrer en action. Il nous aide à envisager la société telle qu'elle pourrait être si nous arrivons à changer nos représentations pour impulser des modèles coopératifs rentables, s'appuyant sur les communautés, la diversité et le désir d'autonomie. 

 

J'ai A-D-O-R-E et je comprends mieux le bouche à oreille incroyable autour de ce film financé par 10 000 contribureurs du crowdfunding KissKissBankBank. Le César du Meilleur film documentaire est totalement mérité.

 

Ahlala, j'ai pris beaucoup de plaisir à rédiger cet article! Je crois que d'autres post "Ciné-Fil" suivront lol. Avec mon abonnement UGC Illimité, je vais au ciné 2 à 3 fois par semaine, alors il y aura pleins d'autres découvertes cinématographiques à partager. 

 

 

Enjoy!

 

 

 

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog