Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

My Cottoncloud

<< < 10 11 > >>

Je vous emmène avec moi au coeur de la superbe exposition "L'art et l'enfant" que j'ai visité cette semaine au musée Marmottan Monet

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Réunissant près de 75 chefs-d'oeuvre de la peinture française signés Le Nain, Champaigne, Fragonard, Chardin, Greuze, Corot, Daumier, Millet, Manet, Cézanne, Monet, Morisot, Renoir, Lepage, Pelez, Bonnard, Valloton, Matisse, Picasso, Chaissac, Dubuffet...cette collection inédite née de la collaboration d'historiens et d'historiens de l'art, retrace l'évolution du statut des enfants entre les XVè et XXè siècle.

 

 

Claudine Collin Communication

J'ai adoré la présentation chronologique des tableaux qui permet de découvrir les peintures en fonction du contexte de l'époque et des courants artistiques. C'est comme si on nous invitait à remonter le temps pour traverser une multitude d'enfances : les jeux, les apprentissages, la famille, la vie quotidienne, la société...je trouve tout cela passionnant!

 

L'exposition débute avec le Moyen-Âge et l'image de l'enfant-dieu, lorsque la représentation des plus petits étaient encore limitée à la sphère religieuse. Puis, la Renaissance révèle l'enfant-roi sur lequel repose l'avenir de la famille et du pays. Avec les Lumières, les oeuvres sont tournées vers des illustrations médicales qui accompagnent les travaux scientifiques, avant que la bourgeoisie du XIXè siècle ne mettent en avant la tendresse maternelle et le savoir partagé par le père. Enfin, l'exposition se termine sur des oeuvres sociétales représentant les enfants des rues et les enfants défavorisés du siècle dernier, ceux apprenant le métier de leurs parents, et les travaux d'artistes avant-gardistes qui se sont inspirer des dessins d'enfants.

"Louis XIV offrant sa couronne et son sceptre à la Vierge" Philippe de Champaigne (vers 1650)

"Louis XIV offrant sa couronne et son sceptre à la Vierge" Philippe de Champaigne (vers 1650)

"Louise-Marie de Bourbon, duchesse d'Orléans, dite Mademoiselle de Tours" Pierre Mignard (1691)

"Louise-Marie de Bourbon, duchesse d'Orléans, dite Mademoiselle de Tours" Pierre Mignard (1691)

"L'enfant au toton" Jean-Siméon Chardin (1738)

"L'enfant au toton" Jean-Siméon Chardin (1738)

"Benoit Agnes Trioson regardant des figures dans un livre" de Anne Louis Girodet-Trioson (1797)

"Benoit Agnes Trioson regardant des figures dans un livre" de Anne Louis Girodet-Trioson (1797)

"Les petits patriotes" de Philippe-Auguste Jeanron (1830)

"Les petits patriotes" de Philippe-Auguste Jeanron (1830)

"La précaution maternelle" de Jean-François Millet (vers 1855-1857)

"La précaution maternelle" de Jean-François Millet (vers 1855-1857)

"L'enfant de troupe" d' Eva Gonzalès (1870)

"L'enfant de troupe" d' Eva Gonzalès (1870)

"Promenade près d'Argenteuil" de Claude Monet (1875)

"Promenade près d'Argenteuil" de Claude Monet (1875)

"Les pâtés de sables" de Berthe Morisot (1882)

"Les pâtés de sables" de Berthe Morisot (1882)

"Un martyr. Le marchand de violettes" de Fernand Pelez (1885)

"Un martyr. Le marchand de violettes" de Fernand Pelez (1885)

"Les enfants de Martial Caillebotte" de Pierre Auguste Renoir (1895)

"Les enfants de Martial Caillebotte" de Pierre Auguste Renoir (1895)

"La boxe" de Maurice Denis (1918)

"La boxe" de Maurice Denis (1918)

"Visage mélancolique" de Gaston Chaissac (1918)

"Visage mélancolique" de Gaston Chaissac (1918)

"L'art et l'enfant", un regard fascinant sur la période la plus innocente de nos vies.

 

http://www.marmottan.fr/fr/exposition_en_cours-musee-2576

 

Enjoy!

 

 

Voir les commentaires

Dimanche dernier je vous parlais de Read! une association qui a pour ojectif de transmettre l'envie de lire, tout en faisant la promotion des écrivains de la diaspora africaine qu'ils soient contemporains ou d'une autre époque.

 

Une colère noire

Lettre à mon fils 

de Ta-Nehisi Coates

paru en Juillet 2015

Tous droits réservés

Tous droits réservés

est le premier livre que je découvre grâce au club de lecture. Je suis totalement bouleversée par la puissance et la beauté percutante de cet essai autobiographique sur le racisme aux Etats-Unis, traduit de l'anglais "Between the world and me" (Entre le monde et moi). C'est comme un électrochoc pour réveiller le peuple américain de son "Rêve" et le confronter à la réalité brutale et destructrice que peuvent vivre les noirs.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Sous la forme d'une lettre à son fils de 15 ans, qu'il a prénommé Samory en hommage à Samori Touré  (1830-1900), héro de la résistance africaine à l'expansion coloniale française en Afrique de l'Ouest, l'auteur explore de façon proche et intime les mécanismes du racisme en Amérique.

A l'origine du livre, les pleurs de son fils devant l'acquittement des policiers responsables de la mort de Michael Brown, un adolescent noir abattu de six balles le 9 août 2014 à Ferguson alors qu'il n'était pas armé. Des bavures policières contre les noirs qui ne cessent de se succéder depuis 2012 et l'affaire Trayvon Martin...

"Voilà ce qu'il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition, un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J'ai décidé de ne rien te cacher".

 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

A travers ce livre, Ta-Nehisi Coates mêle l'histoire de son pays à sa propre histoire pour relire certains moments ou expériences de vie, mais aussi dire ses émotions, ses peurs, ses luttes, ses errances, ses incompréhensions et cette colère froide qui l'habite. Ce sont les paroles d'un journaliste brillant reconnu par ses pairs, d'un homme cultivé et passionné par les peuples africains, d'un père qui veut préparer son fils à appréhender le monde dans lequel il vit.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous ces mots affleurent avec force et intensité. Je lis et relis ce bouquin en quelques jours sans réussir à reprendre mon souffle. Je suis assomée, en perte d'équilibre, comme si j'avais reçu un coup de poing dans le ventre. C'est une sensation très surprenante et je crois que d'une certaine manière je m'identifie...

 

Je vous recommande "Une colère noire", parce que je pense que parfois on a besoin de se laisser bousculer et toucher pour ne pas oublier que le racisme est une abomination, comme toutes les autres formes de discriminations d'ailleurs. La classification des êtres humains selon leur couleur de peau n'a aucun sens pour moi. Et anthropologiquement, il n'existe qu'une race chez les hommes, la RACE HUMAINE

 

Enjoy!

Voir les commentaires

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé lire. Je crois que le coup de coeur remonte à mes 2-3 ans avec ma première carte de bibliothèque. On n'achetait pas beaucoup de livres à la maison, mais les samedis après-midi mon frère et moi allions emprunter une pile de bouquins qu'on s'empressait de terminer avant la fin de la semaine : c'était notre petit rituel.

Et quand une histoire m'attrapait c'était fini, je n'arrivais plus à m'arrêter. Je lisais partout : dans les transports, en cours, aux toilettes, sous la couette à la lampe torche au lieu de dormir lol (une petite fille déterminée je vous dis). Pour moi, les livres étaient un trésor de curiosités, d'imagination, d'aventures, de héros, de monstres, de guerriers et de drôleries, à côté duquel je ne pouvais passer.

De toute façon, il faut bien s'occuper quand la télé est en accès plus que limité (éducation au carré lol), que tu as inventé tous les jeux possibles ou imaginables pour te distraire, et que tu ne peux surtout pas descendre dans la cité pour t'amuser ("laisse pas trainer ton fils, si tu ne veux pas qu'il glisse"). 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

A l'adolescence, les "samedis bibliothèque" se sont révélés être la parfaite couverture pour rejoindre les potes en cachette quand je n'avais pas le droit de les voir. Au fond, on ne faisait rien de grave - juste aller au ciné, faire les magasins, se balader, se poser chez l'un ou l'autre - mais j'étais en totale transgression et mes bouquins m'ont permis de faire diversion plus d'une fois!

Par la suite, j'ai étonnamment perdu cet attachement pour la lecture - trop d'ouvrages universitaires à étudier pour garder le plaisir intact sans doute - mais l'envie est revenue avec force comme un premier amour qu'on n'oublie pas.

Dimanche prochain, je vous parle du dernier livre que j'ai lu. Une belle découverte grâce à Read! un club de lecture et une association créés par Laurie Pezeron en 200, avec pour mission de transmettre l'envie de lire et de promouvoir les auteurs afro. J'ai pioché quelques références dans leur liste et c'est vraiment chouette!

 

A vos bouquins,

 

Enjoy!

 

Laurie Pezeron - Tous droits réservés

Laurie Pezeron - Tous droits réservés

Voir les commentaires

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Il y a quelque semaines je suis allée voir "Demain", un film documentaire réalisé par Olivier Dion et Mélanie Laurent. Je ne pensais pas forcément en parler sur le blog mais une discussion passionnante avec un ami m'a donné envie de vous en dire un peu plus. 

 

Tous droits réservés

Olivier"Demain" est un road-movie enthousiaste, humaniste, citoyen et didactique qui nous fait parcourir le monde. On va à la rencontre de gens ordinaires inventant des solutions accessibles et inspirantes face aux enjeux du développement durableEnergie, agriculture, économie, éducation, politique, cohésion sociale, réduction des inégalités...tout commence dans les rues, les quartiers, les villes. Ce film donne de la pêche, le sourire et l'envie d'entrer en action. Il nous aide à envisager la société telle qu'elle pourrait être si nous arrivons à changer nos représentations pour impulser des modèles coopératifs rentables, s'appuyant sur les communautés, la diversité et le désir d'autonomie. 

 

J'ai A-D-O-R-E et je comprends mieux le bouche à oreille incroyable autour de ce film financé par 10 000 contribureurs du crowdfunding KissKissBankBank. Le César du Meilleur film documentaire est totalement mérité.

 

Ahlala, j'ai pris beaucoup de plaisir à rédiger cet article! Je crois que d'autres post "Ciné-Fil" suivront lol. Avec mon abonnement UGC Illimité, je vais au ciné 2 à 3 fois par semaine, alors il y aura pleins d'autres découvertes cinématographiques à partager. 

 

 

Enjoy!

 

 

 

Voir les commentaires

Copyright Do it in Paris

Copyright Do it in Paris

Si comme moi vous êtes de la "Team Choco" - de celle qui aime le chocolat beaucoup, passionnément, à la folie - vous allez adorer cette recette de Nutella Maison qu'une collègue m'a partagé. Idéal pour ce dimanche de Pâques!

 

Ingrédients

  • 100 g de pâte de noisette
  • 100 g de chocolat au lait praliné
  • 100 g de chocolat noir (70% de cacao)
  • 150 g de lait concentré sucré
  • 10 cl d'huile de noisette
  • 20 g de beurre demi-sel
  • Essence de vanille

 

Préparation : 

Faire fondre le chocolat, la pâte de noisette et le lait concentré au bain-marie puis incorporer le beurre et l'huile. Remuer jusqu'à obtenir un appareil lisse et homogène puis ajouter quelques gouttes d'essence de vanille. Disposer dans un pot et mettre au frais pendant 2h avant dégustation. Conserver à température ambiante dans un endroit sec à l'abri de la chaleur et de l'humidité. 

 

A consommer sans modération pour une fois lol

 

Enjoy!

Voir les commentaires

C'est marrant, il y a quelques jours je me suis rendue compte que je ne vous avais pas expliqué d'où vient le nom du blog, ce que signifie pour moi "My cottoncloud" (mon nuage de coton). Peut-être que certains se sont posés la question et on fait mille suppositions à ce sujet...voyons voir si vous avez deviné!

 

"My cottoncloud" c'est tout d'abord un clin d'oeil à mon afro. J'ai les cheveux crépus depuis 2 ans et je trouve qu'en poussant ils forment comme un nuage sur ma tête. J'aime cette poésie dans mes boucles d'ébène. Elles créent un ensemble volumineux, dense, doux et léger! 

Bouclés, frisés, ondulés, lissés, tressés, vanillés, locksés : je découvre comment coiffer mes cheveux en respectant leur structure (stop défrisage) grâce à leur immense pouvoir de transformation naturelle. Cette texture me permet d'embrasser la beauté de mes origines africaines. Elle dit une part de mon identité et de ma personnalité que j'avais envie d'exprimer à travers cette "african touch" que l'on retrouve sur le blog.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous ces nuages sont sublimes vous ne trouvez pas? Moi je suis littéralement sous le charme de cette beauté peu représentée dans les médias mais qui enchante le monde par sa richesse et sa diversité.

 

"My cottoncloud" c'est aussi mon interprétation de l'expression "être sur un nuage" : communiquer, me laisser aller, respirer, penser, rêver, partager les choses de la vie qui me font vibrer et me rendent heureuse, s'échapper du métro-boulot-dodo ou de la triste réalité pour rejoindre d'autres cieux. L'aspect blanc, vaporeux, voluptueux, velouté, diffus ou en transparence des nuages me fait penser à du coton.

De façon plus symbolique, je rejoins le cycle de l'eau dans sa forme aérienne et m'unis à l'essence même de la vie dans la complexité de mon être et de mon intériorité. Je trouve l'envie de me réinventer, de mobiliser mon énergie et mon imagination, de puiser dans ma créativité.

"Mon nuage de coton" c'est un lieu intimiste à partager que je crée pour moi, pour vous, pour nous. De là, je vois la lumière du soleil et les couleurs de l'arc-en-ciel qui m'inspirent.

 

Voilà, maintenant vous savez tout!

 

 

Enjoy!

Voir les commentaires

Pour le premier post de ma rubrique "The Place to Be", je vous emmène avec moi au restaurant Osè African Cuisine, où je me suis régalée hier. 

C'est l'endroit idéal pour découvrir ou redécouvrir quelques classiques de la cuisine africaine (avec la touche spéciale du chef) en mode rapide, quali, cosy et écofriendly.

 

 

 

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright Osè African Cuisine

Copyright Osè African Cuisine

Copyright A Nous Paris

Copyright A Nous Paris

Le concept imaginé par les créateurs de l'enseigne, Morlaye TOURE et Gabriel STEIN, est simple et innovant. Il suffit de composer soi-même son plat africain en choisissant : 

* Une base : riz blanc, riz rouge, attiéké

* Une sauce : mafé, yassa, coco, rasta, ndizi, graines

* Un accompagnement : poulet, boeuf, fruits de mer, sauté végétarien

* Un extra : alloko, plantain, chips de plantain, salade, ailes grillées

* Un condiment : piment doux, fort, très fort

* Une boisson : gingembre, bissap, tamarin etc

Et pour la taille du menu, c'est selon votre faim : Small, Medium ou Large!

 

 

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Pour ma part, je me suis laissée tenter par la sauce ndizi, une crème de banane d'inspiration sud-africaine crééé par le chef.

La texture est légère, le goût surprenant avec la saveur de la banane bien présente mais de façon équilibrée. Accompagné de riz blanc, d'un mix boeuf-poulet, d'allokos, de piment doux et de jus de gingembre... un pur délice! 

 

 

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Eveillez vos papilles et Osè pimenter votre quotidien car le concept est en train de se franchiser. D'autres ouvertures de restaurants sont prévues dans la capitale très bientôt!

 

Un grand merci à Osè African Cuisine pour son accueil ainsi que ses plats colorés et épicés comme j'aime. Il y a ce "je ne sais quoi" qui me donne envie de revenir, et puis en grande gourmande et gourmet que je suis "bien manger c'est le début du bonheur".

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Osè African Cuisine

34, rue du Faubourg Saint-Martin, Paris 10ème

09 73 56 40 84

Métro : Strasbourg Saint-Denis

Du lundi au vendredi 12h-14H30 et 18h30-22h30 et samedi 12h-23h

 

Enjoy!

 

http://www.osefood.fr/

https://www.facebook.com/osefood/

Voir les commentaires

Les Teddys : des idées pour changer le monde

J'ai découvert les conférences TED (Technology, Entertainment and Design) grâce à la vidéo partagée par une collègue il y a quelques semaines : "Qu'est ce qui fait une vie réussie? Leçon de la plus longue étude sur le bonheur?"( Robert Waldinger).

https://www.ted.com/talks/robert_waldinger_what_makes_a_good_life_lessons_from_the_longest_study_on_happiness?language=fr#t-135705

 

"Les Teddys" (comme j'aime les appeler depuis que j'ai adopté le concept) sont des conférences internationales accessibles gratuitement sur le web afin de partager "des idées qui valent la peine d'être diffusées" en sciences, art, politique, éducation, droit, histoire, civilisations, religions, économie, santé, environnement, psychologie etc... Elles sont organisées par la Spaling Foundation depuis 1984 avec pour mission de jouer "les propagateurs d'idées".

 

Les intervenants ont des profils très différents mais apportent tous une contribution nouvelle dans leur discipline par le regard qu'ils posent, leur capacité d'analyse et de réflexion, les connaissances qu'ils transmettent, les projets qu'ils développent, les valeurs qu'ils défendent, les expériences dont ils témoignent et les changements qu'ils opèrent. 

 

J'adore mes teddys car le propos est simple, passionnant, percutant et vivant, le tout dans un format court (environ 20 minutes) qui permet d'aller à l'essentiel. Il y a des milliers de sujets à découvrir dans plus de 105 langues grâce au dispositif de traduction participatif qui réunit près de 20 000 traducteurs volontaires à travers le monde.

 

Si vous ne ne savez pas quoi regarder à la télé, maintenant vous avez les teddys!

 

Enjoy!

 

https://www.ted.com/

https://www.ted.com/topics

 

 

 

Voir les commentaires

Janvier 2015

Je ne suis pas rentrée au Togo depuis longtemps alors c'est incroyable de voir Lomé s'animer sous mes yeux grâce au travail de Mayeul Akpovi.

Lomé in motion

Mayeul Akpovi est un photographe urbain passionné par le timelapse, une technique qui consiste à créer une vidéo à partir d'une succession de photos (environ 20 000 pour "Lomé in motion"). Depuis 2011, il déambule dans les villes du monde au hasard des quartiers, des rues et des rencontres pour capturer les endroits qui le touchent et l'émerveillent. 

Après avoir parcouru Paris, Marseille, Lyon, Istanbul, Shanghaï ou encore Saint-Petersbourg, Mayeul décide de retourner en Afrique avec le désir de rendre hommage au continent loin de l'image véhiculée par les médias. Installé à Cotonou où il a grandi, Mayeul prévoit de découvrir prochainement la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Ghana et le Nigéria.

 

Enjoy!

 

https://www.mayeul.com/fr/

Voir les commentaires

En ce moment, j'ai un vrai coup de coeur pour les chaussures en tissus africains. Après avoir craqué sur la collection capsule de Vans x Della Authentic (j'ai reçu le modèle Bathik & Yellow à Noël),

 

Vans x Della Authentic 2014 - Tous droits réservés

Vans x Della Authentic 2014 - Tous droits réservés

je continue avec Panafrica, une marque dont j'ai financé le lancement 

sur la plateforme Ulule avec 1969 autres contributeurs.

 

Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Panafrica 2016 - Tous droits réservés

C'est la première fois que je m'inscris dans une démarche de financement participatif ou "crowdfunfing" (financement par la foule). Pour moi c'est une belle aventure en termes de valeurs et d'engagement. Je crois que l'économie sociale et solidaire est en train de changer notre façon de penser, d'entreprendre et de consommer pour proposer un autre modèle de développement durable, équitable et local. 

Pour la petite histoire, Panafrica a été créée par Hugues et Vulfran deux amis d'enfance. Tout commence avec quelques tissus colorés que Hugues ramène du marché d'Adjamé après voir vécu en Côte d'Ivoire, au Sénégal et au Congo. Vulfran imagine alors des sneakers inspirés des tenues portées par les femmes africaines, et ensemble ils décident de créer leur marque.

Modèle Bamako - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Bamako - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Kinshasa - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Kinshasa - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Bujumbura - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Bujumbura - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Brazzaville - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Brazzaville - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèles Asmara, Kampala, Libreville - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèles Asmara, Kampala, Libreville - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Porto-Novo - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Modèle Porto-Novo - Panafrica 2016 - Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Panafrica est une marque solidaire et éthique qui porte bien son nom. L'achat des matières premières et le schéma de production sont entièrement basés sur le continent. A travers leur projet, Hugues et Vulfran ont pour ambition de soutenir les économies locales, de maintenir les savoirs-faire et de créer des emplois. Les deux amis se sont ainsi associés à des fournisseurs ivoiriens, ghanéens et nigérians, ainsi qu'à Bouchaib, un artisan marocain qui réalise les chaussures à la main dans son petit atelier de confection.

 

 

De gauche à droite : Vulfran, Bouchaib, Hugues - Tous droits réservés

De gauche à droite : Vulfran, Bouchaib, Hugues - Tous droits réservés

Enfin à travers le développement de Panafrica, les fondateurs ont choisi de s'engager pour l'éducation des enfants en créant le programme #WalkForSchool : à chaque paire achetée, un enfant est équipé pour aller à l'école. Pour l'année 2015-2016, Panafrica collabore avec l'Association Espoir d'Afrique et le groupement scolaire d'Ifangni au sud-est du Bénin.

 

Ahlala j'ai trop hâte de recevoir ma paire de Panafrica! La livraison des pré-commandes qui ont permis le lancement de la marque est prévue fin février - début mars. J'aurais de quoi être fière en portant ces couleurs au pied, d'autant plus que chaque modèle de chaussure porte le nom d'une ville africaine. 

 

Enjoy!

 

http://www.panafrica-store.com/fr/

Voir les commentaires

<< < 10 11 > >>
Haut

Hébergé par Overblog