Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

My Cottoncloud

1 2 3 > >>

Articles avec #globetrotter

 

BELLE ANNÉE 2019

Pour continuer d'imaginer, de concrétiser,

d'expérimenter et d'accueillir le bonheur 

(sourire banane)

 

Je ne sais pas pour vous mais je suis toujours dans mon bilan 2018 : des idées, des envies et de nouveaux objectifs en tête, tout en ayant encore le besoin d'honorer les instants vécus. Je reviens donc sur le nuage pour mettre en mots les temps forts des derniers mois et ça commence par un voyage à Berlin entre amis! Une aventure surprenante, historique et alternative qui nous as laissé de beaux souvenirs entre passé, présent et futur.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Comme d'habitude, quelques détails d'organisation avant de retracer ce "city break" :

  • nos billets d'avion Paris-Berlin A/R sur Transavia pour 162,38 euros

=> 81,19 euros par personne 

  • une chambre double sur Airbnb pour trois nuits à 137,62 euros

=> 68,81 euros par personne  

  •  Les transports, bars, restaurants, achats, visites ;

=> 180 euros pour moi 

  • et deux nuits d'hôtel en dernière minute à Paris à cause des grèves

=> 85 euros chacun (toute une histoire!)

 

Au total, ce petit séjour aura coûté 415 euros tout compris au lieu de 330 euros : moins économique que prévu mais pas mal pour quatre jours de folie à Berlin (clin d'oeil).

 

La suite arrive...

 

ENJOY

Voir les commentaires

 

JOURNÉE 7 : SHOPPING A FIRA

 

Nos vacances à Santorin touchent bientôt à leur fin, ça passe trop vite! Après une matinée de détente à l'hôtel, nous retournons faire les magasins à Fira pour que Didi achète des souvenirs.

 

C'est la deuxième fois que nous parcourons la ville, mais nos pas nous mènent vers des endroits nouveaux et différents. Nous découvrons notamment un atelier de céramiques sur les hauteurs perdues de Fira et passons un moment captivant à échanger avec l'artiste. Les pièces sont sublimes et originales, Didi verrait bien certaines d'entre elles à son cabinet.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Après avoir terminé nos emplettes, nous nous installons sur la terrasse ombragée de Argo pour le repas. Je commande du tzatziki accompagné de pain pita au cumin et des raviolis épinards, ricotta, feta, truffe, oignons et noix : une tuerie!

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Nous montons ensuite sur le rooftop pour nous prélasser et rédiger nos dernières cartes postales en sirotant des cocktails. Le bougainvilliers en fleurs et la vue sur la caldeira m'inspirent... 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Retour à Karterados après un périple postal qui nous a achevé! L'essentiel est que nos cartes soient affranchies et que Didi puisse faire la sieste dont elle a besoin avant le dîner. 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Deux heures se sont écoulées et il est temps de passer à table. J'ai très envie d'aller à Firostefani - un village plein de charme aperçu sur des cartes postales - mais ce n'est pas le cas de belle-soeurette qui préfère rester au calme. 

 

Nous retournons chez Katherina's et sa cuisine familiale à quelques minutes de l'hôtel. Le cadre est toujours aussi agréable, le service chaleureux et j'ai hâte de me régaler avec une nouvelle recette. Les légumes grillés sont délicieux mais le veau à l'orange tellement acide que ça me coupe l'appétit. Je laisse mon assiette et m'arrête à l'épicerie du coin au retour pour des galettes de riz et un paquet de gâteaux : séance grignotage oblige!

JOURNÉE 8 : KOKKINI, AKROTIRI, ASPRI ET FAROS

 

Nous nous accordons une dernière escapade de folie pour admirer les merveilles oubliées de l’île avant de rentrer à Paris.

 

Passage devant l'antique Akrotiri où les fouilles entreprises en 1967 ont mis au jour une cité profondément enfouie sous les cendres après la terrible éruption volcanique de 1613 av. J.-C. Un vent d'excitation souffle toujours parmi les visiteurs car les trouvailles archéologiques se poursuivent.

 

Proche de l'ancienne partie du village, nous nous arrêtons sur la plage de Kokkini (Red Beach) adossée à d'impressionnantes falaises rouges. J'achète de la pastèque à un producteur local et nous nous étendons devant le pas d'une porte creusée à même la roche. Elle est cadenassée : je ne sais pas où elle mène mais je m'amuse à imaginer pendant que je médite au soleil.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

La plage commence à être envahie de monde. Nous fuyons la foule et prenons place chez Theofanis Familiy Tavern pour un déjeuner en terrasse. Je me décide à goûter la fameuse salade grecque et me régale d'un sagagli (bouchée croustillante au miel) offert par la maison en dessert avec un sorbet au  citron.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous reprenons la route vers Faros situé à l'extrême sud-ouest de Santorin et faisons un détour par Aspri (White Beach). Le GPS nous embarque sur un chemin totalement abandonné et ensablé dans lequel la voiture s'enfonce en surchauffant : notre citadine ne tient pas le choc, il aurait fallu un 4x4. Nous sommes au bout, bloquées, désemparées, secouées d'un rire incontrôlable et explosif qui nous aide sans doute à relativiser la situation. Impossible de faire demi-tour et personne à l'horizon si ce n'est un troupeau de chèvres indifférentes.

 

Nous laissons le moteur reposé, reprenons notre souffle et faisons une nouvelle tentative pour sortir de là :  cette fois c'est la bonne, quel soulagement d'arriver à la plage! Le cadre est assez sauvage... Nous nous dirigeons vers le seul bar alentour pour préserver nos popotins du sable brûlant dans deux vieux transats grinçants et bancals. Remises de nos émotions, nous improvisons un time's up en dégustant le reste de notre pastèque.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Le retour sur la route de Faros est épique mais nous sommes préparées!  Nous arrivons au phare et prenons place sur les rochers pour admirer notre dernier coucher de soleil sur Santorin.

 

Je suis tellement reconnaissante de la splendeur de la création, de recevoir en plein coeur les merveilles que la nature nous offre... Nous restons près d'une heure dans cette contemplation bienheureuse et apaisante, en pleine conscience du moment. Les hommes devraient être les gardiens et les protecteurs de la Terre, des passeurs d'espoir et de lumière...

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous bougeons à la tombée de la nuit et mettons cette dernière soirée à l'honneur avec un dîner à Caldeira Romantica. Je choisis un calamar farci à la feta et aux poivrons pour achever comme il se doit ma découverte de la cuisine grecque (dédicace à tous les foodistas).

JOURNÉE 9 : BRUNCH ET RETOUR A PANAME

 

Nous passons la matinée en musique, nos playlist à fond pour faire les bagages et ranger la chambre. Je suis la plus longue car je dois caser douze tenues, une trousse de toilette, une pochette de sous-vêtements, un maillot de bain, une serviette de plage et une paire de sandales dans mon Rougevi. La méthode de Marie Kondo que j'expérimente depuis plus d'un an est imparable pour tout faire rentrer à la perfection! Belle-soeurette est la première étonnée de l'espace optimisé dans mon sac à dos grâce aux roulés. 

 

Nous disons au revoir à Stavros qui nous prend dans ses bras et filons à la boulangerie Mipestra pour bruncher en terrasse. Les choses sérieuses nous rattrapent : nous peaufinons notre stratégie au sujet de la voiture après avoir tenté de camoufler la rayure avec du tipex et de la boue. Entre temps, j'ai compris que la franchise de l'assurance de location était de 1500 euros (morte de rire) et que ça pouvait faire très mal au portefeuille selon le montant du préjudice estimé par Hertz.

 

Heureusement, Didi s'est souvenue que Voyages Pirates avait proposé une assurance complémentaire de location "tous risques" sans franchise et qu'elle avait sélectionné cette option. Nous préparons les pièces à conviction comme si nous devions plaider à la cour et partons à l'aéroport en avance pour démêler cette affaire avant le décollage de notre avion.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Personne au lieu de dépose... Dans cette configuration, nous avons pour instruction de laisser la voiture au parking. Sur le point de filer en douce, nous nous réjouissons d'éviter la confrontation lorsque qu'un agent s'amène.

 

La tension monte d'un cran tandis qu'il fait le tour de la voiture une première fois : Didi et moi observons attentivement sa réaction mais il ne ne remarque rien... Notre homme vérifie une seconde fois en passant sa main sur la carrosserie. Cette fois, il découvre la rayure et demande des explications que nous débitons en anglais sur le "poseur de poubelle" (morte de rire)

 

Très compréhensif, l'employé nous guide à son bureau pour rédiger notre déclaration avec un schéma. Nous réglons 90 euros qui seront intégralement remboursés par l'assurance et sautons dans notre avion pour Paris le coeur léger.

 

Ainsi s'achève ce carnet de voyage à Santorin! J'espère que vous avez pris autant de plaisir à partager mes souvenirs que j'en ai eu à les raconter. On se retrouve bientôt, d'ici là prenez-soin de vous.

 

ENJOY

 

Ps : belle-soeurette je t'embrasse, merci d'avoir été mon acolyte. Comme le dit si bien ta ribambelle de fraises danoises sur mon frigo "We are Family" (clin d'oeil).

Voir les commentaires

 

JOURNÉE 4 : PYRGOS, SAINT-ÉLIAS ET PERISSA

 

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes fin prêtes à rejoindre le point culminant de l'île pour contempler la vue panoramique. Mauvaise surprise en arrivant à la voiture : le flanc droit de la caisse est rayé, sans doute un acte délibéré du "poseur de poubelle" (cf carnet de voyage partie 2). Nous accusons le coup et vérifions immédiatement les termes du contrat de location. Il y a une franchise de 1500 euros, mais j'entends "200" quand belle-sœurette m'énonce les conditions. Je relativise aussitôt les conséquences de ce vandalisme, tandis que Didi reste tendue et préoccupée (si j'avais compris, j'aurais été dans le même état)

 

Décidées à profiter de la journée, nous retrouvons notre bonne humeur légendaire et prenons la route. Nous dépassons des randonneurs qui font le trajet sous une chaleur de plomb : j'adore marcher mais dans ces conditions et avec le dénivelé c'est sans moi! Il faudrait partir aux aurores pour bénéficier de la fraîcheur durant l'effort.

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Le village de Pyrgos est notre première étape avec ses maisons traditionnelles bâties autour du Kasteli, un château vénitien totalement en ruine. Les chats nous montrent la voie et prennent la pose tandis que nous explorons les ruelles. Nous passons devant des portes chatoyantes, faisons rebondir l'écho de nos voix dans un tunnel laiteux et trouvons enfin une église ouverte depuis notre arrivée sur l'île (une grande première).

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous pénétrons dans l'édifice silencieusement... Il fait assez sombre, pas de vitraux, des assises en bois sont disposées le long des murs laissant place à un espace central occupé par des pupitres de cierges vacillants.

 

Un lustre tombe de la voûte bleutée, son cristal scintille légèrement dans un rayon de soleil attirant mon regard. Didi se recueille un instant puis nous reprenons notre déambulation jusqu'aux ruines du Kasteli en hauteur. Nous sommes impatientes de découvrir l'endroit mais tout est à l'abandon avec une vue quelconque.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Heureusement, le chemin nous a révélé la terrasse du Franco's Café près d'une autre église (il y'en a tellement impossible de faire le compte) et celle du restaurant Rosemary où nous réservons une table le soir-même.

 

Nous revenons sur nos pas et je m'arrête un instant à l'ombre d'un figuier. Qu'est ce que j'entends? Le bourdonnement d'un essaim d'abeilles qui me fait détaler en vitesse sans demander mon reste! Nous prenons place parmi les cactus et les fleurs de Franco pour des rafraîchissements dignes de ce nom. Mon regard embrasse l'horizon et je me laisse envahir part un sentiment de plénitude qui s'étire tout le temps que nous restons affalées dans nos sièges en osier.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Le moment est venu de repartir mais je suis engourdie de paresse. Nous nous frayons un passage jusqu'à notre bolide parmi les maisons colorées et une école submergée de cris d'enfants en récré. Pyrgos est derrière nous pour quelques heures : ce n'est qu'un au revoir!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous atteignons le Monastère Saint-Elias au bout d'une route tortueuse et franchissons les portes de l'enceinte enveloppées d'une nuée de coccinelles. Il faut croire que sont les maîtresses de maison, on ne les appelle pas "bêtes à Bon Dieu" pour rien (clin d'oeil).

 

La vue sur Santorin est inédite, la chapelle du monastère se livre à notre présence et nous découvrons avec curiosité la boutique des moines en aube blanche et coiffe noire : il y a du thé, des tisanes, du miel, de l'encens, des objets sacrés, des prières, des cartes et pleins d'autres choses qu'ils confectionnent avec soin.

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous regagnons la terre ferme à contre-coeur saisies par tant de beauté... La plage de Perissa nous attend et finit par nous consoler.

 

Nous nous étendons sur les transats du Yazz où je commande un cocktail et une moussaka en observant un parachute ascensionnel s'élever dans les airs. Après une petite sieste et nos discussions de filles, je pars à la recherche d'étoiles de mer et de coquillages pour les collectionneurs restés à Paris. L'eau est froide, des frissons parcourent mon corps alors que le vent se lève et que l'écume s'attache à mes pieds.

 

Retour près de Didi : elle bouquine pendant que j'observe un couple jouer aux raquettes en évitant de se faire piquer la balle par le chiot d'à côté. La scène est hilarante et attendrissante, je m'amuse à compter les points à leur insu. Au moment de partir, nous faisons de la balançoire à deux places sous les palmiers et programmons le retardateur de l'appareil photo afin de capturer nos élans de joie (des âmes d'enfants je vous dis).

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Clap de fin de cette journée sur la terrasse du Rosemary de Pyrgos, après un bref passage à l’hôtel pour nous apprêter. Au menu, le coucher de soleil (toujours au rendez-vous), des zucchini (croquettes de courgettes avec une sauce au yaourt et miel) et un kokoretsi de la mer (dorade et crevettes cuisinées dans une sauce de tomate, poivrons, ail, cumin et origan).

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

 

JOURNEE 5 : NEA KAMENI, PALEA  KAMENI, THIRASSIA 

 

Aujourd'hui nous partons à l'abordage du volcan telles des pirates! Nous rejoignons un groupe d'une quinzaine de personnes pour naviguer en mer toute la journée. Notre excursion en goélette prévoit une boucle Nea Kameni-Palea Kameni-Thirassia avec le coucher de soleil sur Oia. On s'installe à la proue du bateau qui longe les falaises de Fira depuis le port d'Athinios avant de prendre le large : la vue en contre-plongée est incroyable!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous accostons sur Nea Kameni (nouvel îlot brûlé), classée parc géologique naturel afin de préserver sa beauté et son intérêt scientifique.

 

Tania nous guide avec humour et énergie dans six langues (français, anglais, italien, espagnol, portugais, allemand) en expliquant comment les îles qui constituent Santorin sont nées et se sont transformées au fil des éruptions volcaniques.

 

Arrivées au sommet de Nea, des gaz chauds s'échappant en fumerolles des cratères centraux nous indiquent l'activité de la lave en fusion dans les profondeurs. De là, on aperçoit aussi Palea Kameni... Avant de redescendre au bateau, nous ajoutons des pierres aux centaines  de monticules qui se dressent devant nous : faites un voeu (clin d'oeil).

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Le capitaine largue les amarres et nous voguons maintenant vers Palea Kameni (vieil îlot brûlé). Tout le monde est déjà en maillot de bain tandis que le bateau s'immobilise à quelques mètres de la côte. Didi saute du ponton dans l'eau glacée, je la rejoins en descendant l'échelle de cordes et nous nageons vers les sources chaudes. Plus nous approchons du volcan et plus l'eau monte en température jusqu'à atteindre 40°C (l'extase). Nous finissons par avoir pied mais je n'aime pas la sensation des algues et de la vase aux tons rouillés sur ma peau.

 

Quarante-cinq minutes plus tard, le capitaine bat le rappel. Je cherche mon équilibre pour grimper sur le bateau car l'échelle oscille de droite à gauche. Je m'étends au soleil et me laisse porter jusqu'à Thirassia les yeux fermés.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

"L'île à la forme de crocodile" (dixit Tania) abrite le village de Manolas perché sur les hauteurs. Nous avons quartier libre pour déjeuner et visiter : mon séchage est terminé juste à temps! Nous mangeons notre pique-nique avec appétit puis je pars me balader à la recherche d'une glace. Le délai est trop court pour gagner le village mais je suis bien décidée à me dégourdir les jambes dans le port. Il y a des barques de pêcheurs, des fleurs d'aloe vera, ce charmant moulin transformé en restaurant au pied du vieux débarcadère. Je m'assois au bord de l'eau et savoure mon dessert avant de remonter sur le bateau. 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Dernier arrêt à Ammoudi Bay, le port d'Oia : le capitaine débarque notre petite troupe et nous fait ses adieux. Nous pensions contempler le coucher de soleil depuis le bateau avant de rentrer à Fira par la mer. Au moins, c'est rassurant de constater que nous avions tous compris la même chose : quelle déception...

 

Une famille brésilienne n'a pas le courage de grimper à flanc de falaise jusqu'en ville et décide de rentrer avec le capitaine. Le groupe se disperse et chacun entame son ascension avec l'énergie restante. Didi part devant, je chemine à mon rythme en laissant passer mes compagnons de galère à dos de mulet. Les bêtes prennent toute la place et ont tendance à foncer sur les gens, si bien que j'ai peur de me faire piétiner et/ou "encrotter". 

 

Je me pétrifie à chaque fois que les cloches annoncent leur passage et me rends compte qu'une dame - Anne - est dans le même état que moi. Je croise son regard et nous explosons de rire bien consciente du ridicule de notre réaction. De loin c'est cool d'observer le cortège des ânes, mais de près c'est trop angoissant. Guy - le mari d'Anne - nous encourage avec beaucoup de bienveillance et nous terminons la montée au diapason en faisant connaissance. Ces jeunes retraités canadiens, anciens professeurs à Montréal, sont passionnés de voyages et vivent leur rêve de parcourir le monde en amoureux. La conversation est passionnante, nous partageons nos meilleurs souvenirs et faisons des pauses pour reprendre notre souffle. Pendant ce temps, Didi commence à s'inquiéter et s'apprête à descendre me chercher quand je ramène finalement ma fraise accompagnée d'Anne & Guy. 

 

Il y a un monde fou au centre ville d'Oia en ce samedi! Nous marchons en direction des moulins à vent pour un, deux, trois thés glacés des montagnes sur la terrasse de Fanari. C'est bon, frais, désaltérant, littéralement addictif!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Le soleil est en train de se coucher, nous bougeons chez Ochre pour admirer le spectacle devant un dîner. Le serveur allume des bougies et apporte des plaids pour réchauffer nos jambes nues. Nous levons nos verres à cette escapade mémorable et savourons un yuvetsi (pâtes traditionnelles mijotées dans une sauce de tomate, ail et basilic avec des morceaux de veau) suivi d'un soufflé au chocolat.

 

Tania nous attend au point de rendez-vous à 22h30 pour rentrer à Fira en car. Nous retrouvons les membres du groupe avec des visages souriants mais fatigués. Cette journée a été enthousiasmante et épuisante! Je m'endors avant que ma tête n'ait touchée l'oreiller.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

 

JOURNÉE 6 : MESSARIA, MEGALOHORI ET KARTERADOS

 

C'est dimanche et j'étais curieuse d'assister à une messe orthodoxe. Cependant, je me suis désistée la veille pour me reposer car la journée en mer a pompé mon énergie. Je pensais me ressourcer avec une grasse matinée mais j'ai très mal dormi : je me sens sonnée, cassée, vidée, comme si je couvais quelque chose... Didi s'est installée au bord de la piscine depuis un bon moment pour ne pas me réveiller. Elle a déjà pris son petit-déjeuner et attend de croiser Stavros pour se faire indiquer l'église sauf qu'il a disparu. Je file manger avant la clôture du service puis me rendors jusqu'à 14h00.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Le deuxième réveil est le bon! Je me sens beaucoup plus en forme et motivée à l'idée de faire un tour. Nous conduisons jusqu'à Messaria, un petit village environné de jardins et de vignobles au sud-est de Fira. Nous flânons dans les rues mais ne croisons personne : juste nous et un soupçon de mystère dans ce silence...

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous poussons vers Megalochori, un autre village pittoresque des alentours. C'est agréable de se perdre dans les ruelles animées : les gens sont détendus marchant d'un pas léger et gracieux comme s'ils dansaient.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous mangeons sur la place du village au Marmita Restaurant, entourées du bruissement des conversations et des rires auxquelles se mêlent nos voix. La gastronomie grecque est toujours à l'honneur dans mon assiette avec une fava (purée onctueuse de fève) et une frikase (agneau mijoté au oignons et aux herbes).

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous rentrons à l'hôtel heureuses de cette escapade et passons le début de soirée affalées dans le lit à regarder des vidéos de mariage en échangeant nos dernières inspirations (un grand évènement se prépare dans la famille).

 

Quelques heures plus tard, la faim nous tire de notre cocon. Ce soir c'est "Karterados by night"!!!!!! Nous choisissons de manger chez Katherina's, l'une des meilleures tables du coin. Nous traversons le village à la nuit tombée tandis que des lucioles se manifestent en points de lumière évanescents. Je craque pour les tomato keftedes (beignets de tomates) et du poulet sauce yaourt-menthe accompagné de riz : simple et savoureux!

 

 

ENJOY

 

 

Voir les commentaires

Il parait que Santorin est l'une des plus belles îles des Cyclades, et ce n'est pas moi qui vous dirait le contraire tant son charme m'a époustouflé! Ma belle-soeurette et moi avons roulé en long, en large, en travers jusqu'à ce que cette terre volcanique nous dévoile ses secrets.

 

JOURNÉE 1 : FIRA, LA CAPITALE

 

Nous quittons Paris au petit matin et arrivons à Santorin après 3h20 de vol. Nous avons plané au-dessus des Alpes enneigées et de la Croatie : tout ce que j'ai pu voir avant de m'endormir!

Vue sur les Alpes enneigées - Copyright mycottoncloud

Vue sur les Alpes enneigées - Copyright mycottoncloud

Nous récupérons la voiture de location à l'aéroport et filons vers le village de Karterados où nous attend notre chambre chez Stavros Villas. A quelques minutes de Fira, ce petit hôtel simple et propre au confort standard est agréable. Il y a des palmiers, une piscine, des transats et Stavros son propriétaire : un homme gentil, chaleureux, attachant qui travaille avec sa fille et sa femme. Certains après-midi, vous verrez aussi la grand-mère assise à l'ombre (on pourrait presque jouer au 7 familles version grecque).

Karterados - Copyright mycottoncloud

Karterados - Copyright mycottoncloud

Stavros Villas - Copyright mycottoncloud

Stavros Villas - Copyright mycottoncloud

Stavros Villas - Tous droits réservés

Stavros Villas - Tous droits réservés

Après avoir pris possession des lieux (au top le balcon avec vue sur la piscine), nous descendons à Fira en commençant par penser au déjeuner : le soleil est à son zénith et il fait faim!

 

Notre attention est attirée par le magnifique jardin arborée et fleurie de Pelican Kinpos, où nous savourons nos premiers plats grecs en levant nos verres à ce voyage de belle-soeurettes. Je choisis le "tourloud" (plat traditionnel d'aubergines gratinées à la tomate, feta et basilic dans une terre cuite) accompagné de pommes de terres aux herbes. Pour la touche sucrée, le serveur nous offre des pana cottas à la fraise et son plus beau sourire.  Quel bonheur d'être en vacances, j'ai toute l'énergie nécessaire pour parcourir Fira!

Pelican Pintos - copyright belle-soeurette

Pelican Pintos - copyright belle-soeurette

Quelques pas plus loin, nous nous arrêtons devant la cathédrale orthodoxe en longeant la caldeira. La vue est saisissante avec le volcan à l'horizon, les falaises de strates multicolores bordées de maisons troglodytes, de piscines à débordement...le tout dans un labyrinthe de ruelles animées.

Le volcan - copyright mycottoncloud

Le volcan - copyright mycottoncloud

La cathédrale orthodoxe - copyright mycottoncloud

La cathédrale orthodoxe - copyright mycottoncloud

La cathédrale orthodoxe - copyright mycottoncloud

La cathédrale orthodoxe - copyright mycottoncloud

La caldeira - copyright mycottoncloud

La caldeira - copyright mycottoncloud

Nous descendons ensuite les 600 marches qui nous séparent du petit port de Fira Skala, en suivant le défilé des mules. Attention aux paquets qu'elles laissent derrière elles, c'est une épreuve de slalom! 

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Fira Skala - copyright belle-soeurette

Fira Skala - copyright belle-soeurette

Après une pause, nous remontons sur la caldeira en téléphérique pour continuer à flâner dans Fira jusqu'à la tombée de la nuit. Au détour d'une impasse, nous délirons en apercevant une barque sur un  toit.

Le téléphérique - Copyright belle-soeurette

Le téléphérique - Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Le coucher de soleil est magnifique depuis la terrasse du bar-restaurant Volkano. Nous en prenons plein les yeux et commandons un "visanto" de 16 ans d'âge aux notes de miel, noisettes, caramel et vanille. Ce vin doux produit sur l'île n'est pas totalement à mon goût mais je me rattrape avec un "apaki", délice de porc grillé aux oignons caramélisés et fromage servi sur du pain pita.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous rentrons à l'hôtel en évoquant nos premiers souvenirs. Ce voyage s'annonce inoubliable et dépaysant! Je goûte mon bonheur et attends la suite avec impatience.

 

JOURNÉE 2 : D'IMEROVIGLI A OIA MON AMOUR

 

Je me sens vraiment en vacances lorsque mes journées démarrent lentement. Je me réveille et me plonge dans "L’Âme du Monde" de Frédéric Lenoir tandis que Didi dort près de moi. Pour la petite histoire, sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent pour transmettre à deux adolescents les clés de la sagesse universelle : une fable initiatique qui m'ouvre l'esprit...

 

Place au petit-déjeuner! Nous trouvons un spot ensoleillé sur la terrasse (le même tout au long du séjour) et je fais une "inspection araignée" pour éviter les mauvaises surprises (phobie quand tu nous tiens)

 

Aujourd'hui, nous partons vers le nord de l'île avec un premier arrêt à Imerovigli. Ce village escarpé aux rues sinueuses et étroites s'explore dans un dédale infini de marches bordant la caldeira (sport de plein air garanti). Il y a beaucoup de demeures et d'hôtels luxueux par ici. Nous observons le balai bien rôdé des serveurs qui exécutent leur danse en passant d'une maison à une autre, les bras chargés de plateaux aux cloches argentés.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous continuons notre route vers Oia, la seconde ville de Santorin. Une cathédrale trône à l'entrée, ouvrant le chemin vers le coeur de la cité avec des drapeaux flottant au vent.

 

Nous passons sous un arc de bénédictions et faisons un arrêt dans une agence pour programmer une sortie en voilier vers les îles de Folegandros, d'Anafi et de Sikinos. Finalement, Santorin nous aura pour elle toute seule car le début de saison offre peu de possibilités pour cette escapade.

 

En flânant dans Oia, une multitude de détails retiennent notre attention, notamment cet œil  bleu peint sur un mur que nous voyons absolument partout. Il parait qu'il protège de la "matiasma" (le mauvais œil), une croyance que les grecs ont l'air de prendre très au sérieux!

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Pause déjeuner à l'ombre de Lotza, avec sa vue magnifique sur la caldeira. Ce restaurant traditionnel fondé il y a 36 ans propose une cuisine authentique et savoureuse, idéale pour continuer à découvrir la gastronomie grecque : je déguste un "feta cheese" (carré de pâte filo à la feta recouvert de miel et de sésame) et un "gemista" (plat de poivrons farcis avec un mélange de riz complet, raisins secs et pignons de pin).

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Pour le dessert, nous descendons au port d'Ammoudi tout en turquoise et transparence. Des poulpes fraîchement pêchés sont suspendus au soleil près des gousses d'ail, l'odeur des grillades de poissons et de crustacés emplit l'air, tandis que des baigneurs sautent avec exaltation dans l'eau rafraîchissante. Nous les observons en suivant un petit sentier qui serpente dans la roche charbon, puis rebroussons chemin pour nous prélasser chez Katina : rien de tel qu'un baklava à la pistache avec sa boule vanille et un thé glacé!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Au moment de repartir, nous grimpons les 300 marches pentues qui nous séparent du centre ville : je suis essoufflée, transpirante et morte de rire! En passant près d'une mule, Didi s'est pris une "QUIFLE" de première (quifle = queue/gifle) dont on se souviendra : soit notre brave bête chassait les mouches, soit la tête de Didi ne lui revenait pas!

 

Nous continuons d'explorer Oia en entrant dans les ateliers d'artistes et les boutiques artisanales pour nous imprégner de créativité et de folklore. Nous avons tellement chaud dans nos baskets que nous craquons pour des sandales en cuir grec : la vie est belle les petons à l'air!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Le soleil ne va pas tarder à se coucher. Il est temps de rejoindre Kastro où nous attend la table  réservée plus tôt. Le ciel incandescent nous fait vibrer devant un calamar grillé au pesto de pistache-citron vert, des légumes croquants et un gâteau d'orange, miel, cannelle aux notes sucrées/épicées.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous quittons Oia dans la nuit noire, alors que la cité se pare de mille feux. Le retour à Karterados est épique : la route est extrêmement dangereuse et le GPS lui-même a perdu ses repères. La prudence est de mise et nous sommes soulagées de retrouver notre lit pour un sommeil bien mérité.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

 

JOURNÉE 3 : KAMARI ET EXO GONIA

 

La boussole nous indique la station balnéaire de Kamari au sud est de l'île! Sa longue plage de sable noire est bordée à son extrémité par les falaises calcaires du cap Messa Vouno, au sommet duquel se dresse des vestiges de l'antiquité.

 

Au programme : cocktails, farniente, papotage, sieste, lecture, musique et spécialités grecques évidemment. Mais d'abord, nous faisons le tour des boutiques pour me trouver un maillot de bain : suis-je la seule à partir en vacances en laissant cet indispensable bien en vue sur le lit pour ne pas oublier de le glisser avec le reste des affaires (morte de rire)? Les prix sont exorbitants mais je finis par trouver une jolie pièce corail qui sublime les rondeurs de ma silhouette sans me ruiner. Didi flashe aussi sur un modèle, nous voilà refaites! 

 

On prend nos quartiers chez Visanto, un bar-restaurant de plage qui propose des transats gratuits à conditions de consommer. Je teste le "burger grec" à base de boulettes de boeuf aux aromates, de concassé tomates-oignons rouges, de sauce au yaourt et de pain pita servi à part. Une version saine et légère que je clôture avec un yaourt grec et des fruits frais.

 

Le temps est suspendu : je me repose en respirant l'air marin, en écoutant le bruit des vagues, en enfonçant mes pieds dans le sable chaud. Pas de baignades pour moi - l'eau est glacée et je suis trop inconfortable avec "la visite mensuelle de mes chères copines" - mais je me rattraperai bientôt!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

C'est la fin d'après-midi, nous ramassons nos clics & nos clacs tandis que le soleil nous retire sa chaleur.

 

Avant de quitter Kamari nous visitons Art Space, un endroit dont je tombe littéralement amoureuse. Cette galerie a élu domicile dans la "canava" d'Agyros, l'un des plus anciens domaines viticole de Santorin. Le propriétaire - producteur de grands crus et passionné d'art -  nous conte l'histoire de sa famille sur cinq générations de viticulteurs et nous mène d'une cave à une autre pour admirer les oeuvres disposées dans les moindres recoins. C'est troublant, le personnage d'un tableau ressemble étrangement à Didi au point qu'on pourrait croire qu'elle a posé. Sauf que manifestement, ce n'est pas mon frère qu'elle embrasse dans cette peinture (fais gaffe à ta fiancée frangin).

 

Cette belle rencontre se termine avec une dégustation de dix vins. Le propriétaire nous guide délicatement dans les gestes à observer pour cette leçon d’œnologie. Mes sens sont en éveil et je prends beaucoup de plaisir à découvrir les crus proposés. D'ailleurs, le visanto d'Agyros n'a rien à voir avec celui goûté il y a 2 jours : cette fois j'adore complètement!

 

Notre homme nous explique que les bouteilles sont vendues uniquement en direct aux particuliers pour respecter la production confidentielle et de grande qualité : pas de livraisons aux restaurants, cavistes, distributeurs et autres intermédiaires. Sur ces arguments, Didi fait une sélection de plusieurs bouteilles pour livraison dans le petit petit village breton de ses parents.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Nous rentrons à Karterados pour un stop de quelques heures. Didi pique une tête dans la piscine tandis que je vais me promener dans le village. Nous sortons toute pomponnées à la tombée de la nuit et prenons de la hauteur pour un dîner à Exo Gonia, au centre de Santorin. Didi a repéré sur internet une taverne de mezze qui vaudrait le détour d'après les commentaires. Je choisis le plus souvent au feeling, mais c'est cool de se fier aux avis pour changer.

 

Le trajet nous dévoile un paysage ambré par le coucher de soleil : nous nous arrêtons pour capturer le charme du paysage et des églises.

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright belle-soeurette

Copyright belle-soeurette

Arrivées au restaurant des nuages ont fait leur apparition, assombrissant le ciel et nous plongeant peu à peu dans la pénombre. Il n'y a pas de places pour se garer à proximité, juste un semblant de parking beaucoup plus bas... La route étroite, sinueuse, sans éclairage et accotement qu'il faudra parcourir à pied dans la nuit noire ne me rassure pas vu la conduite désastreuse des habitants de Santorin. Ces paramètres finissent de me dissuader et nous serrons la voiture près des bennes à ordures en prenant soin de laisser la place suffisante pour qui voudrait y accéder (retenez-bien ce détail pour la suite).

Tous droits réservés

Tous droits réservés

La carte de Anemoloos fait grandement envie et nous hésitons devant les bonnes choses qui s'offrent à nous. Finalement, je me décide pour un assortiment de trois mezze - falafel, hummous, poulet sauce citron - accompagnés de pain pita, que je partage volontiers avec ma Didi tandis que je goûte ses plats. La serveuse nous offre une pana cotta à la fraise en dessert et je prends un thé au miel des montagnes pour contenir les picotements dans ma gorge (un coup de froid est vite arrivé quand la chaleur tombe en soirée).

 

Entre temps, des feux d'artifice ont éclaté dans les environs et on observe des lumières filant dans la nuit. Je pense à des lanternes alors que belle-sœurette croit reconnaître des drones : les paris sont lancés mais il n'y a personne pour nous départager (morte de rire).

 

Nous quittons le restaurant après un délicieux repas et regagnons la voiture en frissonnant sous le vent qui se lève. Je crois voir un bouquet de fleurs sur le capot mais Didi identifie immédiatement une poubelle. Elle me charrie sur ma perspicacité à toute épreuve et nous partons dans un fou rire décoiffant : je vous assure que l'amas de boules de papier qui dépassaient du sac conique faisait penser à des fleurs fanées, mais à des fleurs quand même! Les gens ne se sont pas gênés pour nous faire cadeau de leurs détritus, alors qu'on avait laissé la place pour accéder à la benne. Bref, on monte en voiture pour rentrer à l'hôtel.

 

Dernier délire de cette douce journée : un lézard qui fait le mort quand les phares de la voiture se braquent sur lui alors qu'il gigotait quelques secondes avant (chacun ses méthodes de survie).

 

ENJOY

 

 

Voir les commentaires

Mes nuages, j'espère que vous profitez de l'été où que vous soyez! Pour moi les vacances sont terminées. Je passe mon tour en juillet-août pour "couper-décaler-positionner" en automne (magic system).

 

En attendant, je préserve le soleil, les paysages, les rencontres et l'émerveillement de mes derniers voyages pour continuer d'enchanter mon quotidien. Et je trouve enfin le temps de me poser sur le blog pour plusieurs semaines d'aventures et de partage!

 

Cap sur l'île de Santorin, que j'ai parcouru en avril-mai avec ma belle-sœurette. Une destination qui me faisait envie depuis longtemps mais que je ne m'attendais pas à découvrir cette année. C'était un plaisir d'être le joker de mon frère : voilà ce qui arrive quand on ne peut pas rentrer de Djibouti à temps pour un voyage en amoureux. Mais t'inquiètes Bro', je vais faire venir la Grèce à toi (clin d'oeil).

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Quelques infos sur l'organisation, même si tout était prêt avant que je ne sois au programme : 

  • Didi avait réservé le séjour sur Voyage Pirates : l'offre incluait un vol A/R avec Transavia, 8 nuits d'hôtel et la location d'une voiture durant 9 jours pour 302,50 euros par personne ;
  • Pour le reste j'ai dépensé 620,00 euros sur place en restaurants, excursions et achats ;
  • Soit moins de 925,00 euros pour 9 jours à Santorin!

Le voyage ne fait que commencer, on se retrouve très vite pour la suite.

 

ENJOY

 

https://www.voyagespirates.fr/

Voir les commentaires

JOURNÉE 4 : LA MEILLEURE GLACE

 

Pour moi être à Rome, c'est avoir le bonheur de vivre dehors, de passer tout mon temps à vadrouiller avec les Soso sans programme précis en tête. On se laisse simplement porter en organisant le relai à la poussette et au porte-bébé pour que notre petit Néo profite autant que nous de ces escapades. Il cherche le regard des inconnus et leur parle dans une langue que lui seul comprend, ouvre de grands yeux émerveillés, tend les bras pour saisir, sentir, goûter. Notre bonhomme fait des siestes de trente minutes et déborde d'une énergie qui nous sollicite beaucoup, mais c'est merveilleux d'observer son ouverture au monde et sa vivacité.

 

Après un repas maison cuisiné à 6 mains et une belle après-midi à nous prélasser sur la terrasse en refaisant le monde, nous sommes de sortie pour terminer la journée au coeur de la ville. Petit passage au Colosseo où les soldats romains testent toutes les postures sous les flashs des touristes, avant de pousser vers le Pantheon et la Piazza Navona.

Colosseo - Copyright mycottoncloud

Colosseo - Copyright mycottoncloud

Pantheon - Tous droits réservés

Pantheon - Tous droits réservés

Piazza Navona - Tous droits réservés

Piazza Navona - Tous droits réservés

C'est l'heure de l'apéritivo quand nous craquons à l'unanimité pour une glace chez Giolitti. En y pensant, j'en mange très peu même si j'adore ça! Comme les artisans glaciers sont plutôt rares en France, je profite toujours de mon passage à Rome pour tester des saveurs inédites et mémorables. Cette fois, j'ai succombé aux parfums violette, rose, cannelle et riz au lait pour un grand moment de plaisir...

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

La soirée avance et nous rentrons à la maison en passant par la Galerie Alberto Sordi et la Piazza Venezia magnifiquement éclairée, avec nos paninis à la main.

Galeria Alberto Sordi - Tous droits réservés

Galeria Alberto Sordi - Tous droits réservés

Piazza Venezia - Tous droits réservés

Piazza Venezia - Tous droits réservés

 

JOURNÉE 5 : QUE DEMANDE LE PEUPLE?

 

Dernier jour avec les Soso. Nous montons à la Villa Borghese après avoir tournoyé dans un nuage de bulles sur la Piazza Del Popolo (Place du Peuple) : Néo a pris peur quand l'une d'entre elle a éclaté sur le bout de son nez Mdrrrrr.

 

La Villa Borghese est mon parc préféré à Rome. Je ne sais pas si c'est sa surface en coeur, mais je m'y sens trop bien. Nous nous étendons sur les draps pour notre dernier repas, tandis que le petit crapahute ici et là. Une sieste à l'ombre et je file à l'aéroport pour attraper mon vol vers Paris.

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Piazza del Popolo - Copyright mycottoncloud

Piazza del Popolo - Copyright mycottoncloud

Villa Borghese - Tous droits réservés

Villa Borghese - Tous droits réservés

Villa Borghese - Tous droits réservés

Villa Borghese - Tous droits réservés

Villa Borghese - Copyright mycottoncloud

Villa Borghese - Copyright mycottoncloud

 

Merci pour ces moments généreux dans la ville éternelle.

MOLTO BACCI SOSO FAMIGLIA !

 

ENJOY

Voir les commentaires

 

JOURNÉE 2 : ENDIMANCHES

 

Après un réveil difficile de lendemain de fête, nous avons rejoint la communauté togolaise de Rome pour un moment de prière et de partage : chants en mina, rythme entraînant des percussions et maracas, danses, collation aux saveurs du pays et tenues chatoyantes. Un dimanche réjouissant pour narguer le temps orageux par la chaleur des sourires et des rencontres. Je ne connais pas beaucoup de togolais à Paris, mais si l'occasion se présente, à refaire sans hésiter!

Tous droits réservés

Tous droits réservés

 

JOURNÉE 3 : AUX ANGES

 

Le soleil étant de retour, nous avons embarqué les sacs à dos, des jeux et un pique-nique pour une longue balade. Nos pas nous ont tout d'abord conduit le long du Tibre, où  nous avons mangé avec la vue sur le majestueux Castello Sant' Angelo. Puis nous avons flâné dans les charmantes rues du Trastevere, avant de passer par la Piazza San Pietro. Nous avons ensuite déambuler vers la Piazza di Spagna et sommes arrivés à la Fontana di Trevi à la tombée de la nuit. Retour à la maison en nous arrêtant à la pizzeria du coin, nous étions affamés!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Castello Sant'Angelo - Copyright mycottoncloud

Castello Sant'Angelo - Copyright mycottoncloud

Le Tibre - Copyright mycottoncloud

Le Tibre - Copyright mycottoncloud

Trastevere - Tous droits réservés

Trastevere - Tous droits réservés

Trastevere - Tous droits réservés

Trastevere - Tous droits réservés

Piazza San Pietro - Tous droits réservés

Piazza San Pietro - Tous droits réservés

Piazza San Pietro - Copyright mycottoncloud

Piazza San Pietro - Copyright mycottoncloud

Nous avons ensuite déambulé vers la Piazza di Spagna, avec un arrêt gourmand pour le divin tiramisu à la pistache de Pompi. Arrivés à la Fontana di Trevi à la tombée de la nuit, nous sommes rentrés à la maison en faisant un détour par la pizzeria du coin. 

Piazza di Spagna - Copyright mycottoncloud

Piazza di Spagna - Copyright mycottoncloud

Piazza di Spagna - Copyright mycottoncloud

Piazza di Spagna - Copyright mycottoncloud

Tiramisu pistachio - Tous droits réservés

Tiramisu pistachio - Tous droits réservés

Fontana di Trevi - Copyright mycottoncloud

Fontana di Trevi - Copyright mycottoncloud

Rome est sublime, une galerie d'art, un musée à ciel ouvert. Avis aux amoureux des vieilles pierres et aux voyageurs sans un rond : cette ville fera votre bonheur!

 

ENJOY

Voir les commentaires

En ce moment, je m'évade en triant les photos de mes derniers voyages et en explorant la possibilité de nouvelles destinations pour mes prochaines vacances. Rien de mieux pour garder le sourire que de focaliser mon attention sur les choses qui me rendent heureuses. Et puis le soleil est de retour, ça change tout!

 

Les souvenirs de la dolce vita que je m'apprête à partager avec vous sont d'autant plus précieux qu'ils me rappellent les 1 AN de mon petit néo. Je suis spécialement descendue au début de l'automne pour célébrer l'occasion dans la ville éternelle.

 

Un billet aller-retour à 51,70 euros sur Ryanair :

ANDIAMO ROMA!

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Après Paris, Nancy, Bordeaux et Lyon où j'ai habité, Rome est la ville que je connais le mieux au monde. Je ne compte plus le nombre de fois où j'y suis allée depuis le lycée. C'est comme une amie qu'on ne voit pas souvent, mais qu'on a l'impression d'avoir quitté la veille au moment de se retrouver. Cette fois, direction Battistini le nouveau quartier des Soso. Nous avons passé la soirée à la maison autour d'un "apéritivo" savoureux en parlant des derniers détails du lendemain.

 

JOURNÉE 1 : CÉLÉBRATION & JEUX

 

Buon compleanno Néo! Nous avons pris le petit-déjeuner sur la terrasse avant de nous laisser gagner par l'excitation et l'effervescence de cette magnifique journée d'anniversaire.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Au programme : une bande d'amis, de bons plats, un ÉNORME gâteau, une première bougie à souffler, un vœu par procuration, des cadeaux et une après-midi dans un parc de jeux à deux pas de la maison. Nous avons profité du moment jusqu'à la nuit tombée tandis que nos éclats de rire résonnaient encore.

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Bacci la famiglia!

 

ENJOY

Voir les commentaires

 

JOURNEE 3 

DIRECTION  A'DAM OOST

 

La nuit fut longue et douce mais nous sommes réveillées par un énorme orage qui assombrit notre dimanche. La pluie martèle inlassablement la fenêtre de la chambre et le vent souffle si fort que nous envisageons un moment de passer la journée à l'appart.

 

Kiki prépare du thé, des oeufs brouillés et des toasts que nous mangeons en regardant quatre épisodes de Friends rediffusés à la télé. On se marre bien et chacune fait des commentaires pimentés qui animent cette fin de matinée. Puis je prends le temps d'écrire mes cartes postales (rituel de voyage), pendant que mademoiselle bouquine près de moi sur des airs de jazz.

 

Quelques heures plus tard, le ciel bleu et ensoleillé est de retour. Nous nous préparons à sortir et marchons vers A'dam Oost (l'arrondissement est) en traversant des quartiers résidentiels au bord de l'eau. Le cadre est beau et paisible... Nous croisons beaucoup de familles et faisons des courses sur un petit marché. On a très envie d'un pique-nique, mais faut-il encore trouver l'endroit idéal pour se poser. 

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

On arrive finalement à Oosterpark qui sera notre spot de l'après-midi! Nous faisons un grand tour, puis trouvons un carré d'herbe pour manger, après avoir contemplé le Mémorial de l'Abolition de l'Esclavage.

 

Au menu de notre déjeuner : des sandwichs au saumon fumé et des abricots mûris à point. Nous faisons une petite sieste avant de rejoindre un groupe de jeunes pour jouer au badminton. Il paraît que j'ai un bon coup de main, ça fait plaisir.

Oosterpark - Tous droits réservés

Oosterpark - Tous droits réservés

Mémorial de l'Abolition de l'Esclavage - Oosterpark - Tous droits réservés

Mémorial de l'Abolition de l'Esclavage - Oosterpark - Tous droits réservés

Oosterpark - Tous droits réservés

Oosterpark - Tous droits réservés

Oosterpark - Tous droits réservés

Oosterpark - Tous droits réservés

Nous rentrons à la coloc en milieu de soirée avec des nouilles sautées boeuf-oignons et des glaces achetées sur le chemin du retour. Willem, Marjan et Cornelis boivent des bières au salon avant d'aller à une fête. On s'installe pour leur raconter la suite des aventures, quand ils nous proposent de sortir avec eux. Nous avons hésité une fraction de seconde, mais finalement ça s'est fait sans nous... 

 

Disons que le rock n'est pas trop notre truc et qu'en repartant le lendemain, on avait surtout envie d'être levées suffisamment tôt pour profiter de la ville (chacun ses priorités lol).

 

JOURNEE 4 

LA VIE DE BOHEME

 

Dernier réveil à Amsterdam en milieu de matinée : on se prépare en musique, avant de boucler nos sacs et nettoyer la chambre. Les colocs nous ont laissé un message sur le frigo pour dire au revoir (trop chou). On prend le petit-déjeuner tranquillement, on dépose les clés avec un petit mot et c'est déjà l'heure de partir.

 

La veille, "notre trio de choc" nous a conseillé De Pij pour boucler notre voyage en beauté. Selon eux, ce quartier est le plus spontané et inventif de la ville avec une population mélangée d'ouvriers, d'intellectuels, d'étudiants et d'artistes. Un air de bohème flotte effectivement dans les rues étroites, les boutiques originales et les terrasses bondées. En tendant l'oreille, on capte autant de langues différentes que dans un aéroport lol.

De Pij - Tous droits réservés

De Pij - Tous droits réservés

Un monsieur s'approche gentiment de nous et rejoint la conversation, alors que nous sommes attablées dans l'ambiance tropical du Tulp avec nos mojitos. 

 

"Tonton Tony" est un togolais de la cinquantaine qui habite à Amsterdam depuis 13 ans, après avoir vécu à Londres, Genève et Bruxelles. Il était déjà très content de parler français avec nous, mais quand j'ai précisé avoir les mêmes origines que lui, il s'est montré touché et aux anges...comme si le fait d'être du même pays créait instinctivement un lien supplémentaire. En vadrouilleur de première, il nous a encouragé à parcourir le monde, persuadé que les rencontres constituaient une richesse inépuisable et qu'elles nous aidaient à grandir en humanité.

 

Nos commandes sont arrivées tandis que tonton Tony continuait son chemin. Ma salade exotique était fraîche, croquante et délicieuse. Laitue, avocat, tomates, maïs, coeurs de palmier, ananas, pamplemousse rose et gambas s'accordaient parfaitement dans leur vinaigrette au citron vert (à refaire sans hésiter).

 

Dans la playlist du Tulp : "Mares de Ti" de Banda Eva et Carlinhos Brown, une chanson brésilienne qui nous a donné envie de danser. On venait de trouver l'hymne de nos vacances à Amsterdam!!!

Tulp - Tous droits réservés

Tulp - Tous droits réservés

Tulp - Tous droits réservés

Tulp - Tous droits réservés

Tous droits réservés

Nous avons regagné la gare en emportant de beaux souvenirs dans nos bagages. C'est dingue tout ce que nous avons vécu en 4 jours...  

 

J'espère que vous avez aimé le voyage et vous souhaite une BONNE RENTREE si vous reprenez la fac ou le boulot. Surtout restez connectés mes nuages, je vous réserve des post "Chill & Style" dont vous me direz des nouvelles : c'est mon combo parfait pour ce mois de septembre ;)

 

ENJOY

Voir les commentaires

JOURNEE 2 

A L'OUEST ET DANS LE PORT D'AMSTERDAM

 

Après une longue nuit de sommeil et une partie de la matinée à traîner au lit en papotant, nous voilà reparties à vélo pour continuer notre visite. Marjan et Cornelis nous ont laissé leur bicyclette pour la journée afin qu'on puisse regarder, vivre et ressentir Amsterdam comme eux. 

 

Il faut dire qu'ici tout le monde se déplace à vélo, du plus petit au plus grand. Les néerlandais déploient une ingéniosité à toute épreuve quand il s'agit de transporter leurs enfants, leurs courses, leurs animaux, leurs meubles et autres objets sur les deux roues. Il y a plus de vélos que de piétons, scooters, motos et voitures, si bien que les cyclistes s'imposent face aux autres usagers de la route alors qu'ils n'ont pas toujours la priorité. On a même vu des embouteillages de vélos aux heures de pointe mes nuages lol.

 

Pour se garer c'est totalement la folie!!! Les trottoirs et espaces publics sont submergés par la présence des cycles car les parking vélo ne suffisent pas. C'est marrant comme d'un pays à l'autre les configurations s'inversent totalement...

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

A Amsterdam, l'aménagement urbain et la mobilité sont pensés de manière à favoriser et sécuriser les déplacements en vélo. On observe autant de pistes cyclables que de rues, voir plus. Ces dernières sont très larges pour la simple et bonne raison qu'il y a d'abord : la route au milieu avec deux voies de circulation pour les voitures, puis des pistes cyclables de part et d'autre (les scooters les empruntent aussi), puis les trottoirs en parallèle pour les piétons. Evidemment, dans le Centruum on est plus à l'étroit car ce sont les quartiers historiques, le schéma de circulation est un peu différent...

 

Et c'est fascinant de voir combien les néerlandais sont babas de leur biclo, ajoutant toutes sortes de couleurs et d'accessoires pour les rendre uniques et incomparables : montre-moi ton vélo, je te dirai qui tu es (écroulée de rire).

 

Sans blague mes nuages : il y a le vélo sobre et classique, le vélo bling-bling, le vélo arty-bohème, le vélo familial, le vélo d'enfant, le vélo vintage, le vélo poubelle, le vélo abandonné, le vélo électrique, le VTT, le tricycle, le tripoteur etc. De quoi faire une belle collection! 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Tous droits réservés

Heureusement pour nous, impossible d'attraper la "Bike Fever" (fièvre du vélo) au cours de notre voyage car le contact doit être prolongé de plusieurs jours. Mais si tu ne fais pas attention, ton vélo te procure une telle sensation de liberté et de vitesse que tu ne peux plus t'en passer ;)

 

On a suivi la piste cyclable qui partait de l'appartement, curieuses de savoir où elle nous mènerait. Nous avons ainsi découvert une partie du Nieuw West (notre arrondissement) avec ses Westelijke Tuinsteden. Les "cités-jardins" ont été construites dans les années 50-60 et traduisent la volonté de privilégier "la lumière, l'air et l'espace" comme éléments structurants de l'habitat, autour de quatre axes de développement social urbain : logement, emploi, loisirs et transports.

 

Des jardins poussent entre les immeubles et le Sloterpark demeure au sein de ce vaste ensemble comme un poumon de verdure, avec son lac (Sloterplas) et sa plage. Si vous êtes de passage en août, ne manquez pas le Loveland Festival : cet événement pour lequel nous avons vu de nombreuses affiches a lieu tous les étés au Sloterpark.

Sloterplas - Tous droits réservés

Sloterplas - Tous droits réservés

Sloterplas - Tous droits réservés

Sloterplas - Tous droits réservés

Loveland 2017 - Tous droits réservés

Loveland 2017 - Tous droits réservés

Quelques kilomètres plus loin, nous voilà dans le Jordaan, un quartier convivial et branché à l'ouest du Centruum avec ses "concept stores", "cafés bruns" (bières et décoration brune) et petits restaurants débordant sur les ruelles.

 

Nous sommes entrées au Urban Cacao attirées par l'odeur vibrante du chocolat. A l'intérieur, une boutique-atelier de 400 m2 sous la direction du chocolatier-pâtissier-glacier Hans Mekking.  

 

Les packagings sont dingues et les clients ont la possibilité  : de goûter tous les chocolats en tablettes grâce aux petits morceaux qui attendent devant chaque saveur ; d'observer le processus de fabrication qui se déroule sous leurs yeux par la baie vitrée ; ou de se poser pour un café, thé, chocolat chaud accompagnés de gourmandises.

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Urban Cacao - Tous droits réservés

Dans la même rue, le concept store Hutspot a attiré notre attention avec sa sélection pointue de vêtements, chaussures, accessoires mode, déco, ameublement, design, plantes et livres d'art ou d'inspiration savamment mis en scène.

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

Hutspot - Tous droits réservés

A peine remontées sur nos vélos, j'aperçois une boutique avec des posters de la Motown en vitrine. Ce célèbre label de soul a notamment signé Stevie Wonder, Marvin Gaye, The Jackson Five, Lionel Richie, Erykah Badu ou encore India Arie. Il fallait absolument que je jette un coup d'oeil pour voir si je pouvais chopper une pépite. Velvet Music m'a tellement aimanté que Kiki a dû littéralement me traîner en dehors du magasin.

Velvet Music - Tous droits réservés

Velvet Music - Tous droits réservés

Velvet Music - Tous droits réservés

Velvet Music - Tous droits réservés

Plus loin, les canaux ouest et leurs demeurent majestueuses invitent à la déambulation. Nous sommes passées devant Westerkek et Anne Frank Huis (la Maison d'Anne Frank), où l'adolescente juive vécut cachée en compagnie des siens et d'autres familles pour échapper à la déportation. Je ne sais pas si le Journal d'Anne Frank est toujours au programme scolaire mais ce livre m'avait bouleversé quand j'étais collégienne.

Westerkerk - Tous droits réservés

Westerkerk - Tous droits réservés

Anne FrankHuis - Tous droits réservés

Anne FrankHuis - Tous droits réservés

Les canaux - Copyright mycottoncloud

Les canaux - Copyright mycottoncloud

Les canaux - Copyright mycottoncloud

Les canaux - Copyright mycottoncloud

Nous perdons les pédales jusqu'à Westerpark et nous attardons à l'entrée de Westergasfabriek (une ancienne usine à gaz reconvertie en espace culturel, studios télé et radio) avant une pause sur un banc.  Un coup de barre me gagne et mes paupières commencent à s'alourdir mais pour l'heure, il nous faut un bon repas.

Westergasfabriek - Tous droits réservés

Westergasfabriek - Tous droits réservés

Westerpark - Tous droits réservés

Westerpark - Tous droits réservés

En sortant du parc, nous tombons sur Mr Poli (alias Paolo) et son foodtruck pour une cuisine italienne simple et savoureuse. J'ai pris une foccacia mozarella-jambon de parme et un thé glacé qu'on a mangé les jambes étendues pour bien se dégourdir.

Mr Poli - Tous droits réservés

Mr Poli - Tous droits réservés

En repartant, nous passons sous Willempoort pour rejoindre Haarlemmerplein et empruntons une rue charmante bordées de bars, restos et petites boutiques. On regarde les films à l'affiche de The Movies (un cinéma ancien), j'achète des cartes postales chez un photographe, on fouille dans les rayons de Marble Vintage (une friperie au top), et finalement on prend un dessert chez Two For Joy. Je commande une part de cake banane chocolat et une tasse de rooibos rouge.

Willempoort et Haarlemmerplein - Tous droits réservés

Willempoort et Haarlemmerplein - Tous droits réservés

Marble Vintage - Tous droits réservés

Marble Vintage - Tous droits réservés

Marble Vintage - Tous droits réservés

Marble Vintage - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

Two For Joy - Tous droits réservés

On remonte sur nos fidèles montures jusqu'au port d'Amsterdam. Cet ancien quartier des chantiers navals et des docks, autrefois en marge de la ville, porte désormais les projets de l'avant-garde architectural néerlandaise avec : 

- NEMO, musée des Sciences et des technologies ;

- ARCAM, fondation et centre d'architecture d'Amsterdam ; 

- Het Scheepvaartmuseum, musée maritime ; 

- Whale, immeuble d'habitation écologique en forme de baleine ; 

- Bimhuis, épicentre de la scène jazz des Pays-Bas.

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

NEMO - Copyright mycottoncloud

NEMO - Copyright mycottoncloud

ARCAM - Tous droits réservés

ARCAM - Tous droits réservés

Het Sheepvaartmuseum - Copyright mycottoncloud

Het Sheepvaartmuseum - Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Whale - Tous droits réservés

Whale - Tous droits réservés

Bimhuis - Copyright mycottoncloud

Bimhuis - Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Copyright mycottoncloud

Avant de quitter le port, nous grimpons les 9 étages de la Centrale Bibliotheek Amsterdam que les néerlandais surnomme OBA. De confortables canapés et fauteuils sont disséminés à chaque niveau, ainsi que des postes connectés et le wifi gratuit. 

OBA - Tous droits réservés

OBA - Tous droits réservés

OBA - Copyright mycottoncloud

OBA - Copyright mycottoncloud

OBA - Tous droits réservés

OBA - Tous droits réservés

OBA - Tous droits réservés

OBA - Tous droits réservés

Au dernier étage, le café La Place offre une vue imprenable sur la ville. Nous restons silencieuses un moment pour embrasser la vue en mangeant du yogourt glacé et des fruits.

La Place - Tous droits réservés

La Place - Tous droits réservés

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Port d'Amsterdam - Copyright mycottoncloud

Nous terminons cette belle journée au Braai BBQ Bar, pour un dîner sud africain. Je me suis régalée de ribs de porcs, de patates douces braisées, de pousses d'épinard et d'une salade de mangue (mon fruit préféré).

Braai BBQ Bar - Tous droits réservés

Braai BBQ Bar - Tous droits réservés

Braai BBQ Bar - Tous droits réservés

Braai BBQ Bar - Tous droits réservés

Nous sommes rentrées à l'appart en scrutant le ciel étoilé et avons filé au lit pour un sommeil bien mérité. 

 

ENJOY

Voir les commentaires

1 2 3 > >>
Haut

Hébergé par Overblog